Chauffage au bois

Poêle à bois

L'utilisation du bois comme combustible pour le chauffage est aussi vieille que la civilisation elle-même et la chaleur du bois est toujours utilisée dans une grande partie du monde. On parle d’ailleurs aujourd’hui de bois énergie pour désigner cette forme d’énergie que constitue le bois, soit en tant que combustible ou en tant que source de combustible.

Elle est considérée comme énergie renouvelable, pour peu que le bois provienne de forêts gérées de manière à se reproduire durablement.

C’est également une énergie non polluante étant donné que la quantité de gaz carbonique libérée lors de la combustion du bois équivaut en gros à celle absorbée lors de la photosynthèse.

Une technologie sans cesse renouvelée

Durant son histoire, la technologie du chauffage au bois est passée du simple feu de bois allumé dans un trou, aux âtres et foyers des maisons rustiques, dotés de cheminées permettant à la fumée d'échapper par le toit, jusqu’à nos modernes poêles et inserts munis de tableaux de bord électroniques.

Le bois lui-même se présente aujourd’hui sous différentes formes : bûches classiques, plaquettes, bûchettes ou briques reconstituées, et enfin granulés ou pellets.

Les cheminées

Lorsqu’il s’agit de chauffer du bois dans une cheminée à foyer ouvert, la chaleur provient de deux sources, des flammes, mais aussi de la circulation d’air chaud. Ce dernier n’est autre que l’air froid dans la pièce, aspiré par la partie inférieure du foyer, réchauffé au contact des parois puis diffusé par le haut du foyer et d’autres ouvertures pratiquées à cet effet.

Le fonctionnement sera d’autant plus efficace que le tirage de la cheminée est meilleur, c'est-à-dire sa capacité à évacuer les fumées des gaz de combustion vers l’extérieur. Seulement, le rendement de ce type de cheminées est très faible, généralement inférieur à 10%.

On leur préférera les cheminées à foyer fermé ou les inserts, dont le rendement est la plupart du temps supérieur à 70% et dont la puissance permet de réchauffer plusieurs pièces.

Les poêles à bois

C’est aussi le cas des poêles à bois fonctionnant sur le principe de la postcombustion. Les gaz produits par la combustion du bois dans la chambre primaire sont récupérés dans une deuxième chambre puis brûlés, minimisant ainsi la pollution et améliorant le rendement du poêle. Lorsque le poêle est alimenté en granulés de bois, ses performances sont généralement meilleures, d’autant qu’il permet une autonomie plus longue.

Une énergie renouvelable

Le bois reste le combustible le moins cher et l’achat d’un appareil de chauffage à bois (poêle, chaudière…) bénéficie généralement d’un crédit d’impôt qui compense largement l’investissement initial.

On notera tout de même que la déforestation exagérée peut entraîner la destruction des habitats naturels et l'érosion des sols. Cependant, dans de nombreux pays, comme en Europe et au Canada, les résidus forestiers sont collectés et transformés en combustibles utiles, avec un impact minimal sur l'environnement. En France, une stricte réglementation forestière fait qu'on plante plus d’arbres qu’on n’en coupe.

L'impact environnemental de l'utilisation du bois comme combustible dépend surtout de la façon dont il est brûlé, mais même si le feu de bois dégage beaucoup de fumée et de particules, il n’en constitue pas moins un combustible durable, comparé aux carburants fossiles.