Chaudière bois

Chaudière à bois

Le bois a le double avantage d’être écologique et très économique tout en offrant une certaine autonomie d'utilisation. Il n’est donc pas surprenant que de plus en plus de particuliers optent pour le chauffage à bois et les chaudières à bois connaissent actuellement un succès indéniable.

A tel point qu’on trouve sur le marché une pléthore de chaudières à bois correspondant à toutes sortes d’exigences en termes de rendements et de confort thermique.

Le bois sous plusieurs formes

Ces chaudières peuvent être différenciées par la forme du bois qui leur sert de combustibles :

  • des bûches
  • des granulés ou pellets de bois
  • des plaquettes ou énergies mixtes (alliant d’autres combustibles avec le bois)

Elles diffèrent également par la manière dont elles peuvent être chargées (soit manuellement, soit automatiquement) ou encore par leur emplacement par rapport à l’habitation (chaudières intérieures ou extérieures).

Le choix s’effectuera aussi selon l’effort et le budget que l’utilisateur voudra consacrer à la gestion quotidienne de sa chaudière à bois, l’idéal étant que la chaudière soit calibrée en fonction du mode de vie de son utilisateur et des volumes à chauffer bien évidemment.

Chaudière à bûches

Dans les chaudières bois à bûches, on distingue les chaudières à combustion montante et celles à combustion inversée. Les premières fonctionnent de manière traditionnelle, c'est-à-dire qu’on charge régulièrement, et de façon manuelle les bûches dans le foyer de la chaudière. Toute la charge brûle en même temps, avec un tirage naturel et d’importantes émissions polluantes. En plus donc de l’inconvénient du chargement manuel fréquent, ces chaudières ont un rendement assez faible (de l’ordre de 55%) qui n’est compensé que par leur bas prix.

Les chaudières à combustion inversées sont basées sur le principe d’une combustion quasi complète des bûches passant par deux phases différentes : séchage puis combustion à proprement parler. Le bois, placé sur une grille en braise dans le logement supérieur du foyer, commence par sécher en développant des gaz combustibles, lesquels produiront à leur tour un mélange combustible à l’aide d’arrivées d’air primaire et secondaire.

On obtient ainsi un rendement d’environ 70% qui peut même être augmenté à 85% par l’ajout d’un ventilateur afin de forcer la combustion. Les performances pourront encore être optimisées si ces chaudières sont connectées à un ballon d’eau chaude.

Chaudière à granulés ou pellets de bois

Les chaudières à granulés (ou pellets de bois) utilisent comme combustible des granulés de bois (ou de biomasse) compressés. En alimentant lentement le foyer par les granulés stockés dans un réservoir spécifique, il se produit une flamme constante qui nécessite peu ou pas de réglages physiques. L'approvisionnement de la chaudière en granulés se fait automatiquement, sans intervention extérieure, ce qui confère à ce type de chauffage une très grande autonomie, pouvant aller de quelques jours à quelques mois selon la capacité de stockage.

L’automatisation du fonctionnement peut également concerner l’allumage, la régulation, le ramonage et le décendrage. La technologie des chaudières à granulés permet aujourd’hui d’obtenir un rendement de 80 à 95 % selon les appareils et les conditions d’utilisation. Certains modèles peuvent fonctionner indifféremment avec des pellets ou des plaquettes, tandis que d’autres ont un usage mixte (bûches/granulés, par exemple).

Un certain nombre de ces appareils sont dotés d’un système électronique avec thermostat et pilotage horaire qui permet de les programmer et même les commander à distance. Et même si leur prix est nettement plus élevé que celui des chaudières à bûches, on estime généralement qu’il y a retour sur investissement à partir de 4 ans car de toute manière le bois est le combustible le moins cher.

Un crédit d’impôt, plus ou moins important, peut être accordé pour l’acquisition d’une chaudière bois ou pellets et ce en plus d’aides et de subventions locales ou nationales diverses.